Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Edito

 
BIENVENUE SUR MON BLOG
 
Ces pages sont mes empreintes, mon coeur, mon sang. Elles sont nées de ce désir insatiable d'exister et de me sentir exister et surtout de laisser une trace.
Vous pourrez à tout moment me faire part de vos commentaires en cliquant
ICI .

 

 

 


hobbies
compteur pour site web gratuit sans pub



âmes sont passées par mon blog... merci !

 

 
 

De vous à moi...

 
NOUVEAUTE

Venez découvrir mon deuxième blog :
 
En vers et à contre-pied

(espace de création littéraire)


****

Creative Commons License


Ce site est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur"

 

 

 

17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 07:28


AGUA sólo es el mar; agua es el río,

Agua el torrente, y agua el arroyuelo.

Pero la voz que en ellos habla y canta

No es del agua, es del viento.

Agua es la blanda nieve silenciosa

Y el mundo bloque de cristal de hielo.

Pero no es agua, es luz la voz que calla

Maravillosamente en su silencio.

Agua es la nube oscura y silenciosa,

Errante prisionera de los cielos.

Pero su sombra, andando por la tierra

Y el mar; no es agua, es sueño.

 

15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 07:19

La soleá

 

Vêtue de voiles noirs,

elle pense que le monde est bien petit

et le coeur immense

Vêtue de voiles noirs.

Elle pense que le tendre soupir,

le cri, disparaissent

au fil du vent.

Vêtue de voiles noirs.

Elle avait laissé sa fenêtre ouverte

et à l'aube par la fenêtre

tout le ciel a débouché.

Ah!

Vêtue de voiles noirs!

        

****
 

La solea

 

VESTIDA con mantos negros.

piensa que el mundo es chiquito

y el corazón es inmenso.

Vestida con mantos negros

Piensa que el suspiro tierno

y el grito, desaparecen

en la corriente del viento.

Vestida con mantos negros

Se dejó el balcón abierto

y al alba por el balcón

desembocó todo el cielo.

¡Ay ayayayay,

que vestida con mantos negros!